Deux mains pour vous soigner

Fondée en 1874, par le médecin américain Andrew Taylor Still (1828-1917), l’ostéopathie est une thérapie manuelle qui traite la globalité de l’être humain dans ses différents aspects : physique, émotionnel, mental et spirituel. Dr Still a développé des concepts révolutionnaires qui guident encore aujourd’hui le travail des ostéopathes. 

 

L’unité du corps, ce réseau de communication et d’interrelation de différentes composantes, oblige l’ostéopathe à chercher ce qui se cache derrière les symptômes pour en traiter l’origine. Ainsi, une douleur d’épaule peut résulter d’un blocage au niveau du thorax, du bassin, d’un problème cervical ou d’un organe de l’abdomen, d’un geste professionnel irritant, d’un choc émotif ou même d’un conflit relationnel…

 

La relation structure/fonction implique la recherche des dérangements mécaniques des os, muscles et organes responsables de la maladie. L’ostéopathe harmonise les structures du corps par des techniques précises afin de permettre le retour à la normale de la circulation, de l’énergie nerveuse et du fonctionnement des organes. En levant les barrières, l’ostéopathe permet le potentiel d’autoguérison de l’organisme.

 

Par la suite, William Garner Sutherland (1873-1954) développe l’ostéopathie crânienne en découvrant une pulsation rythmique d’expansion/rétraction prenant naissance au cœur du crâne, se transmettant jusqu’au sacrum et ressentie partout dans le corps. Ce mouvement involontaire et indépendant de la respiration pulmonaire, l’expression de la vitalité d’un individu, est appelé le mouvement respiratoire primaire (MRP). L’ostéopathe doit s’assurer que le MRP est bien libre, ample et régulier, ce qui est révélateur d’une bonne santé.

 

L’ostéopathie demeure une science en évolution et c’est ainsi que le concept viscéral fut développé par des ostéopathes européens à la fin du XXe siècle. Le but de cette approche est de redonner la mobilité aux organes et viscères afin d’en assurer la fonction normale. Une relation intime existe entre la colonne vertébrale et la colonne viscérale, c’est pourquoi une souffrance au dos peut être soulagée par la restauration de la mobilité viscérale et vice-versa.

 

Afin de sentir les mouvements les plus subtils, l’ostéopathe doit posséder une connaissance approfondie de l’anatomie, de la physiologie et de la biomécanique humaine combinée à une importante capacité palpatoire. Une séance d’ostéopathie commence toujours par une évaluation rigoureuse permettant de déceler les dysfonctions et d’adapter le traitement aux conditions de chaque individu. Des techniques douces et précises sont utilisées dans le traitement, elles peuvent être ostéoarticulaires, myofasciales, crâniennes ou viscérales. L’ostéopathie est à la fois une science et un art qui utilise un seul outil, la main.